CE FILM DE 1919 SUR BAYONNE, AUJOURD’HUI DISPARU

Cela aurait dû nous permettre de connaitre des images exceptionnelles de la ville de Bayonne, ce 18 novembre 1919, jour des festivités de la 1ère commémoration du retour cérémonial des poilus : un an auparavant, la nouvelle de l’armistice avait dû les surprendre (avec soulagement) dans les divers champs de batailles où ils étaient engagés, sans qu’ils n’aient pu (logiquement) être présents dans leurs villes respectives ce jour-là pour fêter ça.

Continue reading “CE FILM DE 1919 SUR BAYONNE, AUJOURD’HUI DISPARU”

THEO FRANCOS, ET SEULE LA MORT AURA VAINCU CE REPUBLICAIN BAYONNAIS [Regarde les Hommes Tomber #4]

La commémoration des obsèques de Théo Francos aura lieu mardi 10 juillet à 15h30 au crématorium de Biarritz.

Les drapeaux français et républicains qui entoureront la dépouille presque centenaire de ce discret Bayonnais ne porteront que le souvenir d’un vent de l’Histoire, qui, passée la Seconde Guerre Mondiale, lui réserva à son arrivée un simple poste de balayeur à St Jean de Luz, puis une retraite sans lumières qu’il passa, la carte de communiste sur le coeur, à soutenir nombre de luttes ici, en particulier lors de manifestations de soutien aux sans-emplois où je l’ai rencontré par la suite à de nombreuses reprises.

Le travail entamé pour la reconnaissance de l’exemple donné par Théo Francos ne s’arrêtera pas à cet ultime combat perdu, lui qui combattit jusque son ultime goutte de sang le fascisme espagnol dès 1936, puis le nazisme jusqu’en 1944.

Passée la Guerre d’Espagne (et deux ans de tortures dans une prison franquiste), ce fut sans hésitation qu’il rejoignit en 1941 en effet les rangs décimés de la France Libre, aux côtés de De Gaulle, pour libérer ce pays qu’il avait fait sien depuis son arrivée à Bayonne en 1914, à l’âge d’un mois.

Au péril de sa vie, comme beaucoup, mais avec une rare exemplarité, que l’homme délivrait sans fanfaronnades, ni amertume.

C’est en 1995 que je fis sa rencontre pour la 1ère fois. Ce genre de rencontre qu’il est impossible d’oublier, qui vous donne le courage de vieillir avec un tel exemple, de ne jamais accepter de baisser la tête face à son ennemi, ni de se résoudre à l’affaiblissement de vos convictions.

Théo Francos est décédé hier, à 98 ans, dans son petit appart HLM déserté par la disparition de cette femme qu’il n’a cessé de chérir, et les souvenirs affluent, en même temps qu’une rage sourde.

Celle de ne pas avoir vu l’Etat français reconnaitre le parcours incroyable d’un homme exemplaire, dont l’humilité désarmait ceux qui ont eu la chance de le rencontrer.

Continue reading “THEO FRANCOS, ET SEULE LA MORT AURA VAINCU CE REPUBLICAIN BAYONNAIS [Regarde les Hommes Tomber #4]”

“MOI, PHILIPPE H, MERCENAIRE DU GAL, VIVANT A BIARRITZ”

Bon, je te dis pas que, quand je passe devant le Monbar, je fais pas un peu plus attention qu’ailleurs, et je baisse la tête, généralement“.

Ce soir de décembre 2011 dans un troquet de Bayonne avait emprunté à l’improbable et à une certaine improvisation nourrie par la nuit, par une dose d’alcool suffisante et par un réflexe de tromper l’ennui par des jeux parfois dangereux.

J’avais abordé ce gars aux yeux affaiblis par l’alcool, mais que la soixantaine marquée n’avait pas dissuadé de se séparer de la définition possible de “mec pas clair” et de “mine patibulaire“.

Continue reading ““MOI, PHILIPPE H, MERCENAIRE DU GAL, VIVANT A BIARRITZ””

A PROPOS

Blog d’articles traitant essentiellement de ressentis de propositions culturelles, qu’elles soient proposées ici (au Pays Basque), ailleurs, ou partout (sur Internet, par exemple).

Et puis, des billets d’humeurs y seront également invités, dans une zone de tir nourries par l’actualité ici, là-bas, ou là-encore…

Parce que “toutes les histoires ont une fin, sauf la banane, qui en a deux”, les commentaires restent les bienvenus, tout comme un renseignement ou autre à m’adresser sur ramuntxo.mojo[a]gmail.com

Et Yallah Yallah ! *

Ramuntxo


* Expression arabe pouvant désigner tout à la fois “On y va ! “(guerre) ; “On y va !” (fête) ; “Ca va ? Oui, ca va ! Et toi ???” (etc)