Blog Ramuntxo Yallah

Un ressenti, ici, du côté de Bayonne, à partager tranquillement

Le film BERTSOLARI, bien au-delà d’une simple identité basque

Written By: Ramuntxo Yallah - oct• 09•13

Retour sur l’article écrit il y a deux ans pour le média eitb.com sur ce film d’Asier Altuna, sorti en septembre 2011 au Festival International de Saint-Sébastien/Donostia : cette œuvre magnifique possède un vibrant pouvoir de fascination, et parvient à dépasser le simple sujet des chanteurs improvisateurs basques pour signer une puissante ode à la création, par une émotion qui fera trembler plus d’un spectateur.

Deux ans après sa “révélation”, le film n’a toujours pas eu de distributeur cinéma en France. Il est aujourd’hui disponible en DVD sur Internet, ou à la librairie ELKAR de Bayonne.


Il est des moments de grâce pour un spectateur de cinéma, quand le sujet présenté dans un film l’emmène à repenser le monde bien au-delà du programme pressenti, un instant miraculeux atteint par le film basque Bertsolari d’Asier Altuna, présenté en septembre 2011 au Zinemaldia, le Festival international de cinéma de Donostia/San Sebastian.

A partir de son sujet initial (les improvisations poétiques en langue basque qui forment la tradition ancestrale des bertsolari), le réalisateur a su donner toute sa place à l’essence profonde de l’acte de création, chanté comme ici, mais tout autant décrit pour un écrivain, un cinéaste ou un musicien, ici ou ailleurs.

Le processus de réflexion intérieure, la place à donner au verbe, le sens même d’une prise de parole, ou la difficulté de se confronter avec respect à une tradition, à un exercice codifié, sans brider sa propre personnalité : autant de questions qui, à l’écran, trouvent une illustration que l’on retrouve avec la même poésie dans les entretiens réalisés avec 8 bertsolari que dans la mise en images de ces propos.

Une heure et demie durant, une respiration qui n’appartient qu’au cinéma insuffle une profonde invitation faite au spectateur de se saisir de ces thèmes et, tels les personnages du film, laisser son regard filer vers le plus loin, et vers ses propres dilemmes.

Pour ce tour de force tout en douceur, il fallait un regard qui ne se contente pas d’écrire, de montrer, de faire entendre, mais de faire ressentir.

A l’évidence, Asier Altuna a passionnément intériorisé ce documentaire avant d’en saisir le réel, et son film dépasse dès lors sa simple réduction à un objectif culturel ou aux intérets de sa communauté natale.

Aucun de ces choix ne se heurte de fait à un sentiment de déjà-vu, de hors-sujet ou à des “trucs” de vieux briscard de cinéma, que cela soit les ballades sur la plage du chanteur Andoni Egaña, dont les mots intérieurs finiront balayés par les vagues, ou cette promenade au bord d’une falaise de Miren Amuriza, quand l’acte de création est présenté comme une marche d’équilibriste sur le fil dangereux de la mise en lumière de son univers intérieur.


Dans ces deux cas précis, le film cesse d’être un simple média de sons et d’images juxtaposés, pour atteindre une 3ème dimension rarement atteinte, à savoir une communion des deux pour interpeller l’âme d’une création, la raison d’être d’un peuple, ou la transmission d’un art.

L’émotion d’y avoir été invité en tant que spectateur, sans autorité ni dogmatisme, simplement comme on offre une brise, une caresse, est un réconfort qui n’est plus une assurance devant les propositions habituelles du grand écran.

Le film peut dès lors amplifier son propos, offrant lors du championnat 2009 des Bertsolaris une longue offrande d’émotions très fortes, dans laquelle chaque spectateur trouvera une résonance particulière.

Une histoire, aussi belle soit-elle, a besoin de l’art pour parvenir au coeur des hommes, l’a puissamment démontré l’écrivain Jorge Semprun : pour l’avoir fermement cru, puis imaginé et appliqué, Asier Altuna a réalisé un film qui doit être vu au-delà de son seul sujet culturel propre au Pays Basque.

Sur l’écran apparait un manifeste sur l’intelligence et l’universalité de la culture, dans ce qu’elle nous éloigne de la pesanteur du monde, et distille, dans nos yeux soudainement réveillés, quelques larmes de beauté qui irrigueront la terre de nos prochains pas.

Le public du Zinemaldia ne s’y était pas trompé, qui réserva un accueil massif et ému à Bertsolari : annoncé dans les salles espagnoles dès le mois prochain, il apparaissait inconcevable que d’autres pays n’aient la possibilité d’être saisi par une telle émotion de cinéma.

 

 RETOUR A L’ACCUEIL DU BLOG

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

7 Comments

  1. Page un peu difficile à lire mais vraiment enrichissant

  2. chapeau dit :

    Comme habituellement, l’article est top. bravo

  3. [...] Altuna a plus que convaincu les cinéphiles de son talent, son précédent documentaire Bertsolari ayant porté loin la réputation de son cinéma sensible et [...]

  4. You possess efficiently designed the particular demanding content in a really simple and easy and straightforward method. I properly admire it.

  5. Irigoyen dit :

    Ce n’est pas Maialen Lujanbio qui est au bord de la falaise mais Miren Amuriza. Petit détail, tant ton enthousiasme pour ce docu est … enthousiasmant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>