CHET BAKER, POUR DOUTER DE LA SANTE MENTALE DES DIEUX [Regarde les Hommes Tomber #9]

Il me faut en préambule déclarer ceci : évoquer Chet Baker ne signifie pas que l’on soit au fond du seau, ni du trou.

Un raccourci ahurissant qui giclerait dans le cerveau reptilien de gens à qui je n’ai pas envie de parler. Et encore moins de croiser, une seule discussion avec cette engeance à petites mains présentant le double risque de vous faire mourir d’ennui ou d’angoisse.

De ce que fut Chet Baker au début de sa carrière, il ne resta rapidement plus grand chose de “présentable” à la fin des années 50, quand ce rival potentiel de James Dean dans le coeur des filles entreprit une déchéance physique saisissante, et fatale.

Avant de faire de l’héroïne cette compagne que ne purent éloigner aucun de ses amis ou sa femme, ce Chet Baker qui enfilait les concerts, les filles et les morceaux de bravoure n’est pas celui que je préfère.

Il m’impressionne, évidemment, comme m’impressionne celui qui, en 1988, inventa les roulettes à fixer sur nos valises de voyages, et comme le fera celui qui inventera les soutiens gorges qui se déferont tout seuls d’un simple claquement de doigts.

Le Chet Baker que j’aime, c’est “celui de la fin“, celui qui sent son dernier souffle passer dans son cornet, qui ferme les yeux quand il chante et ne s’adresse plus qu’à ces Dieux qu’il maudit d’avoir peuplé la Terre de contemporains qui n’y comprenaient rien, si ce n’est de l’argent à faire sur sa pomme.

C’est celui qui n’a plus le temps de refaire les erreurs du passé, et qui, aux débuts des années 80, rencontre le pianiste Paul Bley, ce synonyme en musique du mot “miracle“.

Celui juste avant qu’il ne rencontre cette femme à Amsterdam, en 1988, que lui seul a vu l’attirer à elle, que lui seul a senti l’embrasser goulument, que lui seul a vu son sourire, avant que son corps de saltimbanque épuisé ne s’écrase de la fenêtre d’un hôtel à Amsterdam.

De cet homme dont des putes au Nicaragua n’auraient pas voulu, il ne restait que deux bras tremblants qui ne cessaient de chasser leurs fantômes que lorsqu’une trompette arrivait dans ses mains.

Je ne voudrai pas être contredit, même par quelqu’un d’intellectuellement honnête, mais c’est à cette période (de 1984 à 1987) qu’il a donné ses plus belles interprétations de My Funny Valentine, How deep is the Ocean ?, et ce Every Time We say Goodbye, qui est le sujet de cet article nocturne.

En 1985, Chet est au bout de ce que son âme peut envisager, mais la conviction d’un label danois le remet en selle pour un album de chansons et de ballades au tempo langoureux, où chaque note voudrait nous faire croire que le bonheur n’est qu’une question de bonne volonté.

En 1956, ce morceau sus-cité avait donné lieu à une mièvre plaisanterie (je n’ai pas eu envie d’employer le mot “risible”), où il était apparu évident à ses producteurs qu’un duo entre le beau gosse à trompette et la brune italienne Caterina Valente serait un nouvel Eldorado.

Cette chanteuse de variétoche étant en mesure de chanter dans une bonne douzaine de langues, cela sentit bon l’export dans les bacs d’un nombre considérable de pays.

Et au diable cette gâcherie d’ennui qui en résulta, à deux doigts de la familiarité auditive instinctive, le morceau produit empestant la nécessité mensongère de reprendre ce sublime titre de Cole Porter.

Il aurait pourtant suffi de quatre coups de cuillères à pot pour arriver plus rapidement à la seule conclusion possible : cesser d’inspirer la nature la plus bouleversante de l’humanité pour rejoindre les entrailles rigolardes des mesquins, c’est une erreur qu’il  faudrait ne jamais avoir commise.

Une erreur, pas la seule, mais pas non plus n’importe laquelle, de Chet Baker.

L’année suivante, dans une formation initiale décimée par les overdoses, notre Chet se fera pincer pour la 1ère fois avec ces substances qui vous promettent d’échapper à l’enfer des autres, et de retrouver le sien.

Quand je le ré-écoute, ce morceau de 1956 rejoué en 1986 avec Paul Bley, je veux croire qu’il a retourné la bête sur la tête des fanfarons qui affirmaient agir pour son bien.

Cette version-là, je la préfère plus encore à celle que le cinéaste Bruce Weber incorporera dans son magnifique documentaire Let’s get Lost, quelques années plus tard.

Il n’y chante pas, ou plus, alors qu’il possède encore une  voix à faire trembler le saint slip en sky d’un pape franciscain.

J’aime me dire qu’il s’est débarrassé des mots, comme lorsqu’on ne regarde plus ses tripes se répandre au sol, en face d’un chirurgien en pleurs.

C’est trop tard, tout le monde a fait ce qu’il a pu, mais c’est inutile de le ramener sur la terre ferme.

Dans cette version où il ne se sert que de sa trompette, j’entends un dernier refrain d’une valse douce, entre la vie brandie à bout de force comme un trophée, et cet homme, enlacé à cette Diane qui ne le quittera plus.

Comme ne l’a jamais quitté son rêve de reprendre contact avec là-haut, malgré sa déchéance qu’on ne peut ni admettre ni juger, nous les ménestrels.

J’aime me dire qu’il n’a pas non plus laissé aux plus grandes forces divines la possibilité de faire leurs crâneuses.

Que ces notes leur sont aussi remontées dans les artères comme un coup de poing. Leur faisant regretter de ne pas avoir réservé plus de bonté ici-bas à cet homme formidable, qui avait fait de la beauté dont nous avons besoin la chose la plus naturelle qui soit.

J’aime me dire que le mot “remords” a fait blêmir leurs fronts.

 

Author: Ramuntxo Hicham

"Écriveur : personne qui aime écrire (vieux français, XVIIIè) - Familier : écrivain de deuxième catégorie" Sans chercher à trancher, choisir le temps libre ou le temps gagné comme autant de terrains de jeux d'écritures

55 thoughts on “CHET BAKER, POUR DOUTER DE LA SANTE MENTALE DES DIEUX [Regarde les Hommes Tomber #9]”

  1. Howdy very nice website!! Man .. Beautiful .. Amazing ..

    I’ll bookmark your website and take the feeds also?
    I am glad to seek out so many helpful info right here within the
    put up, we want develop more strategies on this regard, thank
    you for sharing. . . . . .

    1. What i don’t understood is in fact how you are no longer really a lot more
      smartly-appreciated than you may be now. You are so intelligent.
      You know thus significantly in relation to this subject, produced me for my part imagine it from numerous various angles.

      Its like women and men don’t seem to be fascinated except it’s one
      thing to do with Woman gaga! Your own stuffs nice.
      Always take care of it up!

      my site Hydro Restore

  2. We’re a group of volunteers and starting a new scheme in oour community.

    Your site provided us with valuable info tto work on. You’ve done an impressive job
    and our entire coommunity will be thankful to you.

  3. The buildings are typically delivered to the site with the interiors already completely
    built-out, including kitchens and bathrooms, so once at the site, they can be completed within about a week.
    Bureau of Labor Statistics, Electronic Home Entertainment Equipment Installers and Repairers,
    2011,. When you have a custom home, you have a place to go to that will reflect
    not only your personality but your perspective in life as well.

  4. Pues bien, la primordial novedad de Camu es que permite aplicar los filtros
    en el instante, tanto antes como después de realizar la foto el vídeo.

  5. whoahこの投稿記事 私が本当に好き 読んで勉強あなたブログは 素晴らしいです。 後処理| キープ滞在! ラウンドの周り 探し 個人がある人である、の多くを あなたは理解してあなたが知っていますこのため、情報、あなたは可能性が | 大きく助け援助それら。
    大人可愛いお客さま 即日出荷 http://www.tvinksnis.lt/tide-25302-193.html

  6. こんにちは サイトブログブラウザの互換性の問題を持つ可能性があります、私はあなたが考えます。で 私はあなたを見てみると、それが正常に見えるが、Internet Explorerで開くときに、それはいくつかの重複があります。私はちょうどあなたに素早く頭を放棄したかったです!ブログという、 [その他!
    ランキング総合1位獲得! 商品到着後レビュー記載でプレゼント http://www.jcspliteracy.com/tide-22674-172.html

  7. ハウディ!この記事 ことができませんでした 書くこと! 記事では私の前のルームメイトのことを思い出します!彼は継​​続 |この約説教の話を保ちました。彼にこの投稿この記事 | 送信前方 私はするつもりです。 かなり確信 彼がします 読み取ります。共有 !
    365日年中無休で配送 即日出荷 http://jodla.pl/tide-24899-213.html

  8. 私| 学ぶ読み | そのようなあなたとあなたのような!電子ブック|この、あなたのような | 約約 多くあまり 知っているを理解すること 。 |ドライブ|圧力| 力に することができます いくつかのいくつかので行うあなたは、単に、あなたがいることを 私は信じパワーメッセージこれは、、ことの代わりに 少し、しかし 以外のことは 壮大ブログ。読ん 。 私がします 間違いなく戻って。
    今は40%offでラスト1点 セール対象商品 http://iposelki.ru/gain-25336-203.html

  9. あなたの取得情報をが、良いトピック|ここで、あなたがしているあなたがいるわからない| 私は私がよ。 はるかに多くを以上を理解し、私は学習いくつかの時間を費やす必要があります。 情報私はこれを探していた|私の使命のための情報情報 をありがとう。
    2015春夏新色追加 即日発送可能 http://www.royalcustomcabinets.ca/hot-24899-200.html

  10. 紛れもなく あなたがすることを考えています。お気に入りの理由 | 最も簡単を意識する事で、であるように思われたがようでした。人々は検討ながら| イライライライラする | いないについて知っている、彼らはただはっきりことを心配取得|私は確かに間違いなく、あなたに言います。 信号を取る人々は、あなたがトップ時に釘を打つことをどうにかならびにせずに全部外に定義副作用副作用が。 おそらくになります多くを得るために戻って。感謝
    正規品激安大集合 2015春夏新色追加 http://staging.cloud9learning.com/hot-18804-169.html

  11. 発行済共有! 私がしたに| 宿題研究少し| 伝導やっ ちょうど上にこれを転送しますこれ。と実際に彼|私買っ注文 ランチ 私が発見 というだけの理由理由彼のためにそれ… LOL。食事| をありがとういただき、ありがとうございます !! ….これを言い換える|だから私ができるように私に聞かせしかし、ええ、感謝過ごすための時間 議論するこのトピック |ウェブサイト|ここにあなたのウェブページ。
    3日間限定 スーパーsale 限定 http://colodez.com/hot-24592-208.html

  12. Je n’ai pas précisé de quel portrait de John Le Carré il s’agissait ( Richard Dumas en ayant fait plusieurs). Il s’agit du portrait “en pied,de profil”,exposé actuellement (décembre 2012) à la galerie VU’ à Paris.

  13. Le portrait de Chet avec Diane Vavra , par Richard Dumas, est un chef-d’oeuvre.
    Celui de John Le Carré par ce même photographe,en est un autre.
    Pour revenir à Chet; qui ne souhaiterait pas réentendre , depuis l’au-delà, aprés la mort,la version de “GOODBYE” enregistrée par Chet le 22 décembre 1953 ?

  14. Je ne savais pas que son souffle que l’on entend si distinctement dans ses dernières années n’est pas le souffle las et fatigué d’un homme brisé déjà ailleurs. Il y a une raison plus tristement terre à terre: sa nouvelle denture acquise au début des années 80. En 63-64 il avait perdu ses dents de devant (bagarre ou effets de l’héro?) et avait même du passer de la trompette au bugle parce que ça ne demandait pas autant d’effort sur les dents.
    Et pourtant, ce souffle, c’est ce qui rend sa musique unique.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *