CE FILM DE 1919 SUR BAYONNE, AUJOURD’HUI DISPARU

Cela aurait dû nous permettre de connaitre des images exceptionnelles de la ville de Bayonne, ce 18 novembre 1919, jour des festivités de la 1ère commémoration du retour cérémonial des poilus : un an auparavant, la nouvelle de l’armistice avait dû les surprendre (avec soulagement) dans les divers champs de batailles où ils étaient engagés, sans qu’ils n’aient pu (logiquement) être présents dans leurs villes respectives ce jour-là pour fêter ça.

Continue reading “CE FILM DE 1919 SUR BAYONNE, AUJOURD’HUI DISPARU”

Le film BERTSOLARI, bien au-delà d’une simple identité basque

Retour sur l’article écrit il y a deux ans pour le média eitb.com sur ce film d’Asier Altuna, sorti en septembre 2011 au Festival International de Saint-Sébastien/Donostia : cette œuvre magnifique possède un vibrant pouvoir de fascination, et parvient à dépasser le simple sujet des chanteurs improvisateurs basques pour signer une puissante ode à la création, par une émotion qui fera trembler plus d’un spectateur.

Deux ans après sa “révélation”, le film n’a toujours pas eu de distributeur cinéma en France. Il est aujourd’hui disponible en DVD sur Internet, ou à la librairie ELKAR de Bayonne.

Continue reading “Le film BERTSOLARI, bien au-delà d’une simple identité basque”

DES NUAGES ET DE LA PLUIE, “DES REGRETS”, et une prière

C’est difficile à expliquer“, intervient à un moment donné l’enquêteur du film Les jeux des nuages et de la pluie, de Benjamin de Lajarte, sorti en janvier 2013.

Il avait donné lieu à une supposition, sur ce blog. Celui de l’existence d’un film inclassable, et peut-être, “magique“.
Lire ici : “LES JEUX DES NUAGES ET DE LA PLUIE”, ET UNE QUESTION QUI FACHERA

Pour l’avoir vu sur une plateforme de visionnement par streaming, faute de mieux pour l’instant, il m’est possible de le confirmer. Ce film l’est, magique, et sans aucun doute, il est plus que cela.

La première réalisation de ce nouveau venu dans le 7ème art est une réelle merveille, qui brouille les pistes habituelles de narration du cinéma, et nous entraîne dans un rêve de hasards, de furies et d’amour(s), dont le charme ne s’estompera pas de si tôt.
Continue reading “DES NUAGES ET DE LA PLUIE, “DES REGRETS”, et une prière”

WONG Kar WAI, REVELATEUR ADN

La sémantique des expressions popularisées n’y suffit pas.

Trop relatives, trop fourre-tout.

Avoir des enfants ne peut pas relever de l’espace disponible entre deux pensées éculées.

“Les chiens ne font pas des chats”, et “Ton adolescent, ce n’est pas toi en moins jeune, c’est autre chose”.

Non, pas suffisant.

J’ai eu des enfants pour qu’ils voient les films de Wong kar Wai.

Continue reading “WONG Kar WAI, REVELATEUR ADN”

“LES JEUX DES NUAGES ET DE LA PLUIE”, ET UNE QUESTION QUI FACHERA

Benjamin de Lajarte n’est ni mon cousin, ni un de mes descendants de l’ère napoléonienne.  Il m’est donc agréable et aisé d’en parler ici, et d’en faire le sujet d’une interrogation nocturne, et tenace.

Son nom ne m’était pas inconnu pour autant, et c’est dans les pages cinéma du Canard Enchaîné qu’il m’est réapparu, plus de quatre ans après avoir eu entre les mains un scénario signé par lui, rassemblé sous un nom difficile à oublier, “Les jeux des nuages et de la pluie”.

Continue reading ““LES JEUX DES NUAGES ET DE LA PLUIE”, ET UNE QUESTION QUI FACHERA”

“JUAN DE LOS MUERTOS” : DES ZOMBIES CUBAINS, UN ANE, ET DES ANERIES

La séance de rediffusion des films primés du Festival latino-américain de Biarritz hier dimanche m’a permis de me retrouver spectateur de son Prix du Jury, remis au film cubain de zombies JUAN DE LOS MUERTOS d’Alejandro Brugués.

L’occasion de rigoler devant un faux film d’horreur satirique, de repenser à une bonne vieille morale paysanne, et de découvrir sans surprise une fausse affirmation sur ce Festival, relayée sans moufter par le quotidien Sud Ouest (qui n’en est pas à son coup d’essai, et est même très apprécié pour cela).

Continue reading ““JUAN DE LOS MUERTOS” : DES ZOMBIES CUBAINS, UN ANE, ET DES ANERIES”

L’AMOUR, SELON L’EQUATION D’HAL HARTLEY

Sur la route d’un être qui projette de mettre ses pas dans la direction d’une personne aimée, la 1ère chose est sans doute de se débarrasser rapidement des poncifs sur le prince charmant ou son équivalent féminin, de la dépersonnalisation du concept de “sa moitié”, et de ne pas penser que “le destin fera bien les choses”.

En 1990, le cinéaste indépendant américain Hal Hartley proposait avec TRUST une équation qui pouvait permettre aux deux principaux protagonistes de ce film magnifique de parvenir à un état de plénitude.

Continue reading “L’AMOUR, SELON L’EQUATION D’HAL HARTLEY”