Blog Ramuntxo Yallah

Un ressenti, ici, du côté de Bayonne, à partager tranquillement

AFFLELOU ET LES FETES DE BAYONNE : QUAND UNE CAMERA DE M6 MET LA ZONE

Written By: Ramuntxo Yallah - juil• 12•12

Partons du principe, voulez-vous bien, que nous ne sommes pas toujours à prendre pour des veaux et, que, dans le “séisme” qui secoue Bayonne à 15 jours de ses Fêtes (monstrueuses ou très populaires, choisissez, je m’en fiche un peu), l’annonce du retrait d’Alain Afflelou, avec ses 500.000 euros de mécénat ponctuel, n’ait rien à voir avec la version qui nous a été servie, celle de la “pression victorieuse” des anti-corridas.

Mais bien plus avec l’annonce terrifiante du débarquement de plusieurs équipes de télé cet été, notamment M6, bave aux lèvres, à la recherche d’images “exclusives” que la cité labourdine saura lui proposer au moindre détour de ses ruelles bondées.

Mais reprenons ce qui nous a été servi…

Ainsi donc, le peuple rouge et blanc des festayres des prochaines Fetes de Bayonne a appris par la presse locale (puis par l’AFP) que le lunettier parisien, principal actionnaire et président du club de rugby local, jetait l’éponge quant à sa proposition (annoncée début avril) de venir en renfort de “son ami le maire” pour éponger une partie importante du déficit annuel d’un million d’euros, entièrement pris en charge par le contribuable bayonnais.

Le fautif ? Désigné dans le communiqué de presse de l’homme d’affaires : “Ayant tardivement appris l’existence d’une corrida durant les Fêtes de Bayonne, Alain Afflelou en personne, ainsi que la société Alain Afflelou, ne veulent pas
s’associer à des événements impliquant des actes de violence envers les animaux“.

Et re-confirmé ce jeudi après-midi par la municipalité : “Cette décision intervient dans un contexte difficile pour la société Afflelou et ses nombreux franchisés en France qui subissaient depuis plusieurs mois des menaces et un chantage des associations anti corridas, qui ne pouvaient que nuire à l’enseigne.”

Relancé par la presse, Alain Affelou lui-même en rajoutera une rasade : “Lorsque j’ai proposé de m’associer aux Fêtes de Bayonne, on m’a dit qu’il n’y aurait pas de corridas. Or, j’ai été alerté par des associations anticorridas qui, apprenant l’organisation d’une corrida à cheval le 28 juillet, appelaient au boycott de mes magasins dans toute la France et en Belgique“.

Reprenons ces éléments de langage, et proposons ensuite une autre version, bien différente

# “Ayant tardivement appris l’existence d’une corrida durant les Fêtes de Bayonne” (société Afflelou)

Allons, allons, des deux programmées traditionnellement, la corrida à cheval, en particulier, est un point d’ancrage historique des Fêtes, et la société Affelou avait déjà dû répondre aux demandes d’éclaircissements sur le sujet.

Les deux corridas au programme sont des événements payants qui n’ont rien à voir avec le sponsoring de notre enseigne“indiquait-elle alors dans une réponse à l’Alliance Anticorrida, dès le 26 avril 2012, soit 21 jours après l’annonce spectaculaire de ce mécénat.

La précision aujourd’hui d’une connaissance “tardive” de corridas ne tient pas plus la route qu’un festayre à 6h du matin au volant de sa Twingo.

# des menaces et un chantage des associations anti corridas, qui ne pouvaient que nuire à l’enseigne (Ville de Bayonne)

La “menace” des anti-corridas n’a jamais effrayé un élu bayonnais (de droite comme de gauche à la rose), qui sont rarement plus d’une cinquantaine à manifester une fois par saison devant les Arènes bondées sous les lazzis de milliers de pro-tauromachie et face à la molle surveillance de deux fourgons de CRS.

A se demander quels sont donc ces moyens nouveaux de “chantage” qui auraient pris du poil, au point de faire trembler l’ancien Président de la commission taurine en France, à l’époque où Jean Grenet demandait à se faire servir du “député-maire” (c’était avant le 17 juin dernier)

# “le boycott de mes magasins dans toute la France et en Belgique” (Afflelou himself)

Concevoir que les anti-corridas, peu nombreux malgré leurs déterminations, puissent organiser un blocus devant les 697 enseignes Affelou en France reviendrait à en mettre quasiment un nominativement devant chaque pas de porte.

Et en Belgique, il faudrait sans doute expliquer la présence de manifestants nus couverts devant de sang devant les 37 enseignes ouvertes, avant qu’un “boycott” puisse réellement être efficace, dans un pays qui, d’ailleurs, n’a aucune culture (ni contre-culture) de la tauromachie (seules quelques courses camarguaises existent ici et là dans le plat pays).

Là où le boycott de la marque aurait vraiment présenté un problème pour le groupe, cela aurait en Espagne, où le débat pour ou contre l’abolition de la corrida a réellement un sens, dans un pays où Affelou compte 250 magasins.

Allons donc chercher ailleurs (et pas très loin) une explication bien plus crédible.

Le problème se poserait donc “dans toute la France et en Belgique“, c’est à dire… dans un espace francophone.

Je précise : dans un espace où pourraient faire bien des dégâts des reportages télé en français réalisés sur les Fêtes de Bayonne, monstrueuses ou populaires, ce média intrusif ne choisira pas, et devrait opter salive aux lèvres pour les images hallucinantes qu’une équipe un peu motivée peut capter durant ces 5 jours de beuveries, pardon, de libations.

Et dans les plans de coupe, une signalétique omniprésente” Afflelou tchin tchin” (à la hauteur des 500.000 euros versés) pourrait faire une mise en perspective très efficace, sans être tout à fait bien perçue par l’homme d’affaires.

Une hypothèse qui ne tardera pas à se vérifier par elle-même : dans les couloirs de la Mairie de Bayonne, un plan de contre-attaque est actuellement à l’étude, pour faire face à l’arrivée annoncée de 3 équipes de télévision (pour M6, Planète, et une autre chaine câblée), toutes trois désireuses de faire un reportage sur “la Fête la plus populaire en Europe“.

La réalisation de “petits sujets sympas qui montrent l’esprit de convivialité” est la seule riposte imaginée, et demandée expressément aux médias “Jean Pierre Pernaut compatible” locaux, ainsi que, en particulier, au “JT des Fêtes” tourné en régie directe par la Ville.

Une riposte qui a dû sembler bien insuffisante aux chargés de comm de la marque Affelou, qui aura (logiquement) préféré battre en retraite, et garder ses 500.000 euros pour le moins “spectaculaire”, c’est à dire la culture à Bayonne toute l’année (un système financier de vases communicants qui permet à la Ville de s’en sortir sans soucis de déséquilibre financier supplémentaire).

Ce qui permet au cabinet du Maire de pousser le bouchon (de vin) un peu plus loin, en écrivant, soulagé : “L’annulation de ce partenariat n’a aucune conséquence sur le contenu des événements“.

Pour conclure…

bien sûr, il s’agit de politique fiction, et Affelou est un anti-corrida courtois, et la Ville de Bayonne n’avait presque pas besoin de lui, et cette histoire de reportages chocs sur les beuveries de Bayonne ne sont que des chicayas.

Et ils auront raison… jusqu’à la diffusion du premier reportage de M6 pour “Enquête Exclusive”, prévu de longue date, au point que le journaliste avait posté une demande de “volontaires” en mars dernier sur le compte Facebook des Fêtes de Bayonne.

Ce qui fut retiré à temps… ou presque, comme en témoigne ci-après cette copie d’écran, que l’on peut retrouver en tapant l’expression “M6 REPORTAGE RECHERCHE JEUNES Bonjour, Je recherche des jeunes qui font les fêtes cet été et prêts à être suivis par les caméras d’Enquête exclusive” (vérification sur ce lien)

C’est pénible, ça, Internet… A quand un programme de nettoyage des scories qui ne résistent ni au désir de propreté visuelle d’une municipalité, ou à celui de virginité d’un homme d’affaires qui déteste être observé de près… Et qui les font un peu passer pour des jambons, de Bayonne bien entendu…

Bonnes Fêtes à tous quand même…

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

10 Comments

  1. With havin so much written content do you ever
    run into any problems of plagorism or copyright infringement?
    My site has a lot of completely unique content I’ve either authored myself or outsourced but it looks like a lot
    of it is popping it up all over the web without my permission. Do you
    know any solutions to help prevent content from being stolen? I’d truly appreciate it.

  2. evgens dit :

    nicen unden postenerun

  3. You are а vеrʏ intelloigent individual!

  4. Dwight dit :

    Impatient de lire le prochain article comme toujours.

  5. Bambi dit :

    Je voudrais intervenir pour dire que les taureaux qui sont combattus dans les arènes (non pas sacrifiés ni torturés ) sont mis au monde exclusivement pour la corrida , , elevé par des hommes à chevaux pour qu’ils ne s’habituent pas aux hommes à pied ! Cet espèce de taureaux n’existerait plus sans la culture de la tauromachie ! Alors préférez vous qu’ils aient le droit de vivre et de livrer un combat contre un homme s’ou ils peuvent sortir gracié ou préférez simplement l’extinction de la race ? À vous de réfléchir !!! Je n’ai moi même jamais participer à une corrida mais je comprend très bien les pro-tauromachie
    amicalement

  6. Gil dit :

    Celle pour qui mon coeur bat, se fiche bien de savoir si les cameras d’M6 donneront une bonne image de la beuverie annuelle qui fait de Bayonne, la ville du vomi, de la pisse et de tout ce qu’une foule dégradée peut laisser sur son passage. Ce qui lui importe, c’est que cessent ces rassemblements détestables, indignes et pour tout dire, vieillots et ringards. Afflelou est avant tout un épicier, la marge de son business c’est sa marque et pour rien au monde, elle ne doit être “écornée”.

  7. Mariobac dit :

    La corrida ne fait plus vendre. L’argent doit aller à de vraies spectacles pas à des tortures en public d’animaux qui n’ont rien demandé.
    Les jours de la corrida sont comptés et pas seulement en France.

  8. Metoken dit :

    Peut être qu’Afflelou ne tient pas à ce que son enseigne véhicule l’image de la corrida ? tout bêtement ?

  9. beatriz da costa dit :

    Les personnes qui condament serieusement ce soi disant “spectacle” où des taureaux et des chevaux sont torturés, masacrés, pour l’amusement de quelques uns qui jouissent de la douleur d’autrui sommes la majorité dans ce pays (et ailleurs). Pas étonnant donc qu’une menace de boicot a une enseigne soit prise au sérieux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>