BERTSOLARI, UN FILM D’ASIER ALTUNA : BIEN AU DELA D’UNE SIMPLE IDENTITE BASQUE

Il est des moments de grâce pour un spectateur de cinéma, quand le sujet présenté dans un film l’emmène à repenser le monde bien au-delà du programme pressenti, un instant miraculeux atteint par le film basque BERTSOLARI d’Asier Altuna, présenté cette semaine au Zinemaldia, le Festival international de cinéma de Donostia/San Sebastian.

A partir de son sujet initial, les improvisations poétiques en langue basque qui forment la tradition ancestrale des “bertsolari“, le réalisateur a su donner toute sa place à l’essence profonde de l’acte de création, chanté comme ici, mais tout autant décrit pour un écrivain, un cinéaste ou un musicien, ici ou ailleurs.

Continue reading “BERTSOLARI, UN FILM D’ASIER ALTUNA : BIEN AU DELA D’UNE SIMPLE IDENTITE BASQUE”

TEMPS D’AIMER 2011 : L’AME (et Sébastien Perrault)

Il n’aura finalement été question que de cela, depuis le début de cette 21eme édition du TEMPS D’AIMER 2011.

Mis à nu, bousculé, commandé, ou enveloppé de lumière et de strass. Masqué dans une installation vidéo, ou exposé à vif, jusqu’au cœur. Le corps.

Les chorégraphes invités à Biarritz furent parfois amenés à faire comprendre par des mots le sens d’un travail qu’ils ont imaginé les yeux mi-clos. Mais ces mots se sont souvent trouvés impuissants à en restituer la force. Ou l’oppressante faiblesse. Ce corps est celui du danseur, exposé sous nos yeux aux noces sans certitudes du spectacle et de l’art. Chaque rendez-vous proposé a dessiné dès lors les contours d’une attente, dont l’impact a été autant observé par les organisateurs que par les compagnies présentes.

Continue reading “TEMPS D’AIMER 2011 : L’AME (et Sébastien Perrault)”