Blog Ramuntxo Yallah

Un ressenti, ici, du côté de Bayonne, à partager tranquillement

DES CANARDS, UN RÉVEIL MIS À 2H30, ET UNE RENCONTRE

Written By: Ramuntxo Yallah - juin• 24•15

Sur un marché, ou dans une boite cadeau, qu’importe : vous avez entre les mains une boite de foie gras de canard, avec le nom de son producteur : « la famille Dumecq ».

Une fois dit ça, vous n’avez pas son histoire. (Lire la suite…)

PROCÈS PUYAU : LA JUSTICE FAIT TOMBER FERTILADOUR

Written By: Ramuntxo Yallah - mar• 04•14

“Fertiladour coupable”. Deux mots qui ont retenti ce mardi 4 mars 2014 à 14h dans l’enceinte du Tribunal de Bayonne, deux mots que la justice a mis 8 années à prononcer, mais deux mots qui ne semblaient pas aller de soi.

(Lire la suite…)

PROCÈS PUYAU : LE CYNISME INDUSTRIEL DE FERTILADOUR À LA BARRE

Written By: Ramuntxo Yallah - jan• 29•14

Aux côtés de leur avocat, les deux responsables désignés par le groupe Timac/Roullier pour se défendre de l’indéfendable, une constante dans l’histoire de l’usine Fertiladour du Boucau (zone industrielle du Port de Bayonne), prirent place sur le premier banc du Tribunal correctionnel de bayonne, afin de répondre à l’accusation d’homicide et blessures involontaires, comme a été requalifié “l’accident du travail” qui frappa mortellement Gérard Puyau, et brisa les projets de son collègue intérimaire, Fabrice Troupel, désormais handicapé à vie.

Les faits sont connus, mais avaient été recouverts d’une notion d’accident du travail qui n’avait plus lieu d’être ce mardi 28 janvier 2014.

Plus de 7 ans auparavant, le 9 octobre 2006, Gérard Puyau quittait son domicile pour aller faire une intervention de réparation mécanique à l’usine nommée Interfertil, à l’époque. A 58 ans, et à quelques mois d’une retraite attendue et méritée, il le savait, il avait une nouvelle fois rendez-vous avec cette “ascension pour le malheur”, comme l’a exprimé avec émotion l’avocat de la famille Puyau, présente au Tribunal correctionnel de Bayonne. Sur ces passerelles pourries de 6 mètres de hauteur sur lesquelles ils devaient intervenir en tant que sous-traitants, les deux hommes en étaient parfaitement conscients, et l’avaient confié : aucun des salariés de l’usine boucalaise ne négociait une prime même astronomique contre le risque de s’y aventurer. Et de perdre leurs vies à essayer de la gagner.

La justice a pris son temps, mais a finalement répondu à sa raison d’être : déterminer en toute impartialité si, ce jour-là, Gérard et Fabrice avaient rendez-vous avec la malchance. Ou si les représentants du groupe Agriva/Roullier auraient l’obligation de répondre de leurs responsabilités. Et d’assumer leurs culpabilités.

(Lire la suite…)

CE FILM DE 1919 SUR BAYONNE, AUJOURD’HUI DISPARU

Written By: Ramuntxo Yallah - jan• 16•14

Cela aurait dû nous permettre de connaitre des images exceptionnelles de la ville de Bayonne, ce 18 novembre 1919, jour des festivités de la 1ère commémoration du retour cérémonial des poilus : un an auparavant, la nouvelle de l’armistice avait dû les surprendre (avec soulagement) dans les divers champs de batailles où ils étaient engagés, sans qu’ils n’aient pu (logiquement) être présents dans leurs villes respectives ce jour-là pour fêter ça.

On aurait peut-être pu lire sur leurs visages le bonheur d’en avoir fini, et, sans doute également, le manque de convictions d’avoir vu leurs vies balayées par un conflit mondial qu’ils n’avaient pas rêvé.

Et la balade visuelle aurait permis de découvrir également la cité labourdine sous un angle exceptionnel de par l’inexistence de représentations cinématographiques datant de cette époque.

Cela aurait pu. “Presque”. Cette copie de film, évoquée ici, n’existe plus.

(Lire la suite…)

CIMADE BAYONNE : “GUÉANT, HORTEFEUX, VALLS : LA DONNE N’A PAS CHANGÉ POUR LES MIGRANTS”

Written By: Ramuntxo Yallah - déc• 04•13

Un seul chiffre fourni ce mercredi matin en conférence de presse par la CIMADE de Bayonne pourrait résumer la situation des migrants telle qu’elle est vécue au Pays Basque nord, et en particulier au Centre de Rétention Administrative (CRA) d’Hendaye : avec une prévision finale de 300 personnes “retenues” au CRA, le total de 2013 sera supérieur à celui de 2012 (278) et de 2011 (221).

“La rétention doit être l’exception, et François Hollande ne l’a pas compris”, a introduit Francisco Sanchez Rodriguez, défenseur des des étrangers retenus pour la CIMADE, et doctorant en droit public à l’UPPA de Bayonne.

Et de détailler le nombre important d’arrestations effectuées en gare d’Irun, d’Hendaye ou de St Jean de Luz (pour 70% des personnes placées au CRA), “ça continue à faire du chiffre”, quand chacune des interventions de la police déclenche une course poursuite contre la montre.

(Lire la suite…)

PAS DE BISCUIT POUR MAMIE ATALANTE

Written By: Ramuntxo Yallah - nov• 08•13

En ce 8 novembre 2013, il est encore difficile d’identifier quel type d’insecte a piqué les dirigeants associatifs du Cinéma L’ATALANTE pour n’avoir rien organisé de particulier pour le 100ème anniversaire de l’ouverture de cette salle de Bayonne St Esprit.

(Lire la suite…)

HENDAIA FILM FESTIVAL : pour faire court, c’est le moment

Written By: Ramuntxo Yallah - oct• 09•13

Un seul regard sur le nombre important de journalistes présents, hier mardi à Hendaye, a permis de constater ce frémissement perceptible qui accompagne la tenue de la 1ère édition du HENDAIA FILM FESTIVAL, qui se déroulera dans cette ville du 17 au 19 octobre prochain.

De quoi donner du baume au coeur aux deux architectes principaux de cette manifestation autour du court métrage : la photographe Angela Mejias et le réalisateur Laurent Dufrèche, dont les cartographies cardiaques ont épousé depuis longtemps les contours d’Hendaye.

Trois jours de projections de films courts ont constitué leur rêve d’un temps fort cinématographique, dans une ville transfrontalière à qui sera refusée sa simple actualité de bisbilles de cloche-merle ou son statut de “dernière ville française avant la frontière espagnole et la ville d’Irun“, comme l’indiquent les GPS.

(Lire la suite…)

Le film BERTSOLARI, bien au-delà d’une simple identité basque

Written By: Ramuntxo Yallah - oct• 09•13

Retour sur l’article écrit il y a deux ans pour le média eitb.com sur ce film d’Asier Altuna, sorti en septembre 2011 au Festival International de Saint-Sébastien/Donostia : cette œuvre magnifique possède un vibrant pouvoir de fascination, et parvient à dépasser le simple sujet des chanteurs improvisateurs basques pour signer une puissante ode à la création, par une émotion qui fera trembler plus d’un spectateur.

Deux ans après sa “révélation”, le film n’a toujours pas eu de distributeur cinéma en France. Il est aujourd’hui disponible en DVD sur Internet, ou à la librairie ELKAR de Bayonne.

(Lire la suite…)